Échallens (suisse, vaud)

Échallens est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Gros-de-Vaud dont elle est le chef-lieu.

Pour toute autres informations cliquez ici

Histoire

À l'origine les plateaux du Jorat et du Gros-de-Vaud appartiennent à plusieurs seigneurs ecclésiastiques et séculiers tels que l'évêque de Lausanne, les sires de Grandson, de Belmont, de Montfaucon, d'Aubonne et de Cossonay.

C'est dans cette région que sera formée la seigneurie d'Échallens, sur le versant occidental du Jorat, par une concession de Rodolphe III, dernier roi de Bourgogne, et d'Henri IV du Saint-Empire, empereur du Saint-Empire romain germanique, à l'intention de l'évêque de Lausanne au XIe siècle3.

Dès le XIIe siècle des conflits se créent entre les partisans des comtes de Bourgogne, possesseurs des terres d'Orbe et d'Yverdon, et ceux des ducs de Zähringen, recteur impériaux de la transjurane tenant Moudon et la vallée de la Broye. Pour mettre un terme à ces conflits Frédéric Barberousse impose une séparation en deux zones de la région : l'une orientale et l'autre occidentale. Dès lors naissent le Jorat de l'évêque et le Jorat d'Échallens. La région est alors principalement occupée par de grandes forêts : celle de Dommartin (qui de cette commune s'étend jusqu'à Sugnens, Fey et Rueyres) , celle de Vuarrens et d'Essertines, celle de Buron (qui occupait les terres de Goumoëns-la-Ville et de Penthéréaz) et celle d'Orjulaz (couvrant les communes d'Oulens, de Bretigny, de Bioley et d'Étagnières).

Les deux premières appartiennent au domaine de l'évêque de Lausanne et les deux autres sont dans le domaine royal et des grands vassaux. Ainsi donc c'est dès le début de ce siècle que les églises, les châteaux et les villages du Jorat vont être édifiés.

À cette époque Échallens n'a qu'une chapelle (la capella de Charlens) filiale de l'église de Goumoëns-la-Ville, petit à petit la communauté va prendre de l'importance jusqu'à devenir chef-lieu de la seigneurie féodale du même nom de par sa position au centre des possessions des Montfaucon.

La date de construction du château est incertaine, ce n'est qu'en 1273 qu'il en est fait mention dans une charte du castrum d'Échallens, mais il appartient aux Montfaucon et se dresse non loin du bourg au bord d'un escarpement au pied duquel coule le Talent.

Il sera presque entièrement rebâti au milieu du XVe siècle par Louis II de Chalon-Arlay pour ensuite être utilisé par les baillis bernois et fribourgeois. Ce sont eux qui feront bâtir à neuf le corps de logis, sur la face nord, au XVIIIe siècle3. Au XIIIe siècle Échallens comprend le château, le village et le bourg. Ce dernier est entouré d'une clôture et fermé par deux portes aux extrémités de la rue principale. Au XIVe siècle Girard de Montfaucon l'agrandira et le réunira au château avant de fermer le tout par une muraille et des fossés. Les travaux sont à peine achevés que la peste s'abat sur la ville en 1348 et 1349.

Deux ans plus tard Girard et Jacquette de Grandson, sa femme, accordent au bourg les franchises de Moudon ce qui permet à Échallens de se développer rapidement, il devient chef-lieu d'un district féodal étendu et le principal marché du Jorat comprenant plusieurs moulins, de l'artisanat et des produits de la pêche. Il est aussi le siège d'une justice civile et criminelle.

Un autre ouvrage fortifié dépend de celui d'Échallens, il s'agit du château de Gumoëns-le-Châtel (actuellement Saint-Barthélemy) élevé au milieu des bois sur un mont bordé sur trois côtés par le Talent ; Ebald de Gumoëns-le-Châtel, qui avait reçu ces terres de l'abbatiale de Romainmôtier en 1265, déclarait relever du château d'Échallens. Enfin plusieurs fiefs dépendent du bailliage d'Échallens : le Châtel-Dessous de Bretigny, Goumoëns-la-Ville, Éclagnens et Goumoëns-le-Jux avec sa maison-forte nommée Le Crau3.

Les terres du bailliage sont très étendues aussi les sires de Montfaucon vont remettre l'administration et la garde de ces domaines à des gentilhommes vassaux (nommés milites) ou à des habitants libres (ministri), les principaux sont les nobles de Gumoëns et ceux de Cicon. Ils doivent aussi veiller aux revenus de ces terres, tels que le droit de couper du bois, de faire paître les troupeaux, de récolter le miel et la cire des abeilles sauvages, de ramasser les glands et les faînes, de chasser le petit gibier et de faire des essarts.

Au long du temps toutes ces redevances constituèrent des grandes dîmes réunies en un fief relevant du château d'Échallens et à chaque mutation de seigneurs les nobles tenant ce fief s'engageaient à donner à leur seigneur une mule blanche ferrée d'argent, ce présent sera ensuite remplacé par un faucon-gentil (dressé à la chasse) ; en 1517 ce fief valait six mille florins d'or.

En 1351 le bourg d'Échallens est élevé en commune libre grâce à sa charte de franchise, les habitants sont donc désormais exonérés de la taille et de la mainmorte, deux foires sont autorisées ainsi qu'un marché hebdomadaire.

Dès lors la ville comprend deux sortes d'habitants, les bourgeois qui demeurent dans l'enceinte du bourg et les forains logeant à l'extérieur et qui ne bénéficient pas des franchises.

Le sobriquet des Challensois est Lè Rondze-Moulet, signifiant en francoprovençal les ronge-mulets.

En effet, comme l'explique Charles-Roux dans son livre sur les noms et sobriquets vaudois : « La légende dit qu'on y aurait mangé du mulet. » 

- Charles Roux, Noms et sobriquets des vaudois, Cabédita, 2007, p. 39

Chavornay (Vaud) 08.10.2019

Chavornay est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Avant J.-C.

Chavornay aurait été, semble-t-il, une cité lacustre de l’âge du bronze et une quantité de fers à mulets trouvés sur son périmètre pourrait plaider en faveur d’une station de relais entre le Mauremont et le Vicus eburodunensis des premiers Helvètes. Il est tout de même curieux qu’elle soit située en dehors des deux voies connues qui longeaient le marécage, celles d’Essert-Pittet et de l’antique Urba. Chavornay serait donc vraisemblablement une station de marais, à base surélevée reposant sur une fondation de troncs entrecroisés, comme on en a découvert aux environs de Bex.

 

 

Chavornay - Orbe en moin de 15 mn

Moyen Âge

Sans preuve certaine, Chavornay est donné, en 867, par le roi carolingien Lothaire à son épouse Theutberge.

Vingt ans plus tard, il devient la propriété des rois de Bourgogne transjurane qui y habitent quelquefois, mais on ne trouve plus de traces de leur résidence.

C’est ainsi qu’en 927, l’élection de Libon, évêque de Lausanne, est confirmée par le roi Rodolphe II qui tient alors ses assises au village de Chavornay (in villa Cavorniaco).

Le roi est accompagné de l’archevêque de Besançon et de l’évêque de Belley. Ce dernier préside à la cérémonie du sacre.

La tradition veut que le château de Chavornay se trouve alors au lieu-dit « Sur la ville », où les travaux des champs ont mis au jour des débris carbonisés.

Plus tard, Chavornay devient la propriété de l’église de Lausanne ; en 1397, l’évêque y perçoit la dîme, soit 16 muids de froment, 25 muids d’avoine et 10 livres de cire ; le Chapitre, de son côté, détient le patronat de l’église paroissiale.

Le village de Chavornay a donné son nom à une famille dont on trouve des traces du XIe au XVe siècle. Le plus ancien serait le chevalier Sichardus de Chavornay, ou Otton de Chavornay (1096). Nicolas et Jean de Chavornay sont, vers 1234 et 1254, chanoines de Lausanne. Frédéric de Gingins mentionne Vienot de Chavornay en 1278. Le dernier cité est François de Chavornay, en 1488.

Époque moderne

Les franchises de Chavornay sont supprimées par les commissaires bernois en 1536. Le premier pasteur est Jean Tissot, ancien cordelier de Grandson qui, après s’être signalé par ses violences contre les réformés de cette localité, finit par se marier et passer à la Réforme.

À l’époque bernoise, Chavornay forme une châtellenie avec une cour de justice composée d’un châtelain et 12 justiciers.

La communauté est administrée par un conseil de 12 membres.

Époque contemporaine

En septembre 2015, les habitants de Chavornay, Corcelles-sur-Chavornay et Essert-Pittet approuvent la fusion de leurs trois communes pour le 1er janvier 2017

Estavayer-le-Lac , suisse (Fribourg)

01.09.2019

 

Estavayer-le-Lac est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Broye.

Attractions:

les campings - les plages - les bars des plages                                                                et centre ville (Alphasurf, Ripper, Pub du Cerf, Le Moulinet, New Port discothèque, etc.) la plongée sous-marine  - le téléski nautique qui permet de pratiquer le ski nautique sans bateau la planche à voile - le festival Estivale - Open Air -  le festival Free4Style -  le festival Swing in The Wind -  le festival du jeu Ludimaniak  - le carnaval d'Estavayer-le-Lac (entre février et mars)  - la pendaison de la perche (un mois avant le carnaval) -  le marché (fin du mois de juillet)  - la Bénichon (fin du mois d'août) la brocante (mi-août) le festival sportif Wake The Beach Up.

Cossonay , vaud (suisse)

21.08.2019

Cossonay est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Morges. Ses habitants sont surnommés « les Traîne-Gourdins». Cossonay comptait 3 608 habitants lors du recensement du 31 décembre 2014.

wikipedia

 

Et pour le reste, c'est a VOUS de découvrir...

Bonne Visite 🙂

Le Pont (vallée de joux,suisse) vaud

17.08.2019

Orbe , suisse (vaud)

15 aout 2019

Le Sentier - orient , suisse (vaud)

14.08.2019

les humains pareil

J'en ai pris pleins

Grandson , suisse (vaud)

13.08.2019


Aigles , suisse (vaud)

7 janvier 2019

Bussigny , suisse (vaud)

12.03.2019

Lausanne , suisse (vaud)

19.01.2019